Marie Spénale dans le Podcast Auriculaire

Il y a quelques mois j’ai découvert ce podcast : Auriculaire

MiniKim, Auriculaire, podcast, autrice, autrices, bande dessinée, féministe, engagées, donne la parole aux autrices, dessinatrice, scénariste, coloriste, genre de la Bande dessinée, Marie Spénale, entrevue, Elise Ponce, journaliste,

Mais c’est quoi un « Podcast » ou « Balado diffusion » au Québec ?

C’est une émission généralement produite par des passionnés.

Le ton est très souvent convivial et l’auditeur plonge au coeur de conversations qu’ils pourrait avoir avec ses amis.

Et, cerise sur le gâteau, en s’abonnant à un podcast on reçoit automatiquement les nouveaux épisodes dès leur parution !

Podcast, baladodiffusion, blue yeti , blue, yéti, balado, minikim, podcast indépendant, enregistrement, micro, son, audio

Auriculaire est un podcast indépendant qui donne la parole aux autrices de bandes dessinées, qu’elles soient scénariste, dessinatrice ou encore coloriste.

Ce podcast est animé par la journaliste Elise Ponce qui propose aux auditeurs de découvrir le parcours, les histoires et les aspirations de ses invitées, toutes autrices de bande dessinée.

Étant moi-même autrice de bande dessinée, je ne pouvais pas trouver podcast plus ciblé 😀

Mais si je vous parle de ce podcast aujourd’hui, c’est que j’ai adoré l’épisode ou Elise Ponce reçoit Marie Spénale !

Auriculaire, podcast, autrice, autrices, bande dessinée, féministe, engagées, donne la parole aux autrices, dessinatrice, scénariste, coloriste, genre de la Bande dessinée, Marie Spénale, entrevue, Elise Ponce, journaliste,
Photo © Podcast Auriculaire

Le 15 mai dernier je vous parlais des chouettes vidéos YouTube de Marie Spénale, c’est donc tout naturellement que je vous invite à l’écouter maintenant parler de son parcours et de son métier !

Mettez vos écouteurs !
Pour moi un podcast ça se savoure au creux de l’oreille ♡

Et voilà ci-dessous quelques morceaux choisis :

En tant qu’illustratrice il y a un peu cette frustration d’être en fin de chaine pour apporter de la décoration à un livre.
J’aime bien faire ça, mais parfois ça manque un peu de sens.
Du coup ça m’intéressait de commencer à réfléchir à mes propres histoires. C’est quelque chose que je ne savais pas faire et ça m’intéresse toujours de faire de nouvelles choses sinon je ne progresse pas.

J’ai commencé en postant mes BD sur mon blog (…) ce qui m’a permis de garder une certaine liberté.
Je sais qu’à d’autres époques on débutait en allant porter ses planches de BD à un magasine. Je pense que cela ne m’aurait pas trop convenu. Ça aurait été bien plus compliqué pour moi si j’avais du commencer en m’imposant, en étant très sûre de moi dès le départ.
Alors qu’en commençant cachée chez moi, j’ai pu prendre un peu confiance et m’améliorer.

Auriculaire, podcast, autrice, autrices, bande dessinée, féministe, engagées, donne la parole aux autrices, dessinatrice, scénariste, coloriste, genre de la Bande dessinée, Marie Spénale, entrevue, Elise Ponce, journaliste, Heidi au printemps, Wonder pony
Photo © Marie Spénale

Le fait d’avoir Internet c’est une aide pour notre génération et à mon avis ça participe au fait que, tout d’un coup, il y a beaucoup de femmes qui font de la BD. Je pense vraiment que c’est grâce à Internet.

Réaliser les dessins c’est la partie qui m’intéresse le moins.
Ce qui m’intéresse, c’est conceptualiser ce que je vais raconter, comment je vais le raconter, quel dessin je vais utiliser et comment je vais dessiner.

Auriculaire, podcast, autrice, autrices, bande dessinée, féministe, engagées, donne la parole aux autrices, dessinatrice, scénariste, coloriste, genre de la Bande dessinée, Marie Spénale, entrevue, Elise Ponce, journaliste, Heidi au printemps, Wonder ponyPhoto © Marie Spénale

Je n’aime pas la séparation « auteur-dessinateur », je préfère « scénariste-dessinateur » parce qu’il me semble qu’on est autant auteur lorsqu’on dessine une bande dessinée que lorsqu’on la scénarise.

Aujourd’hui, on est très dépendant des plateformes de réseaux sociaux.
On a l’impression qu’il va falloir avoir beaucoup d’abonnés pour exister et donc on va vouloir formater son contenu pour continuer à être lu. Ce qui est vrai. Mais c’est un piège dans le sens ou on se retrouve avec beaucoup de contenus qui se ressemblent en ce moment.

Auriculaire, podcast, autrice, autrices, bande dessinée, féministe, engagées, donne la parole aux autrices, dessinatrice, scénariste, coloriste, genre de la Bande dessinée, Marie Spénale, entrevue, Elise Ponce, journaliste, Heidi au printemps, Wonder ponyPhoto © Marie Spénale

On voit beaucoup l’émergence d’une bande dessinée dans laquelle on raconte des anecdotes qui vont parler à tout le monde.
C’est vraiment là qu’on a le + de likes aujourd’hui sur Instagram, sur twitter.
Et c’est dur, moi je sais que je suis assez influençable et il faut rester droit malgré tout. Il faut garder le cap sur ce qu’on a vraiment envie de faire, ce qu’on a vraiment envie de raconter.

Ce qui marche sur Internet, c’est lorsqu’on fait tout le temps la même chose.
Et c’est vrai, c’est comme ça que ça marche : les gens s’abonnent à toi parce qu’ils ont vu un truc qu’ils aimaient et ils veulent le revoir.
Ils veulent voir la même chose encore et encore. Mais c’est pas vivable.
Il faut comprendre qu’on va devoir décevoir des gens.
Moi ça fait plusieurs mois que je perds des abonnés sur Instagram et en fait c’est assez libérateur. Je retrouve une liberté.

Auriculaire, podcast, autrice, autrices, bande dessinée, féministe, engagées, donne la parole aux autrices, dessinatrice, scénariste, coloriste, genre de la Bande dessinée, Marie Spénale, entrevue, Elise Ponce, journaliste, Heidi au printemps, Wonder pony
Photo © Marie Spénale

J’ai l’impression qu’en ce moment les éditeurs font un peu trop attention à Internet et aux likes alors que je ne suis pas sûre qu’il y ai une vraie réalité marchande. Mais c’est vrai que certains éditeurs sont impressionnés lorsqu’ils voient qu’on a des abonnés. Je sens que ça peut aider.
C’est aussi un piège. Parce qu’on va aussi beaucoup déléguer la promotion des albums aux auteurs de bande dessinée. Pour mon livre « Heidi au printemps » il y a eu des services presse, mais après le reste, c’est beaucoup passé par mes réseaux sociaux. C’est pas mon travail.

 

Quelques liens :
Le podcast Auriculaire
Le compte Instagram du podcast Auriculaire
Le blog de Marie Spénale
Le compte Instagram de Marie Spénale


Voilà ! J’espère que vous avez apprécié cet article !

Un petit mot pour moi ? Un commentaire ?
Écris moi directement un message en cliquant ici !

☆♥☆♥☆


Tu aimes mon univers ?

Reçois du bonheur en BD via La Lettre Dessinée
bi-mensuelle écrite et illustrée avec amour ♡

Clique ci-dessous:
www.minikim.net/abonne-toi/

La Lettre dessinée, Minikim, info lettre, infolettre, newsletter, journal dessiné, abonnement, bande dessinée, minikim dessine du bonheur, dessine du bonheur, bonheur dessiné, bonheur, bonheur en BD, illustration, dessin, artiste 2D, auteur, illustrateur, Montréal, Québec, BD Québec

Mathilde Cabanas dans le podcast Génération XX

Je suis une grande consommatrice de podcasts et parmi les nombreuses émissions que j’écoute il y a Génération XX.

Mathilde Cabanas, Siham Jibril, Podcast, Generation XX, entrepreneur, femmes, expérience, inspiration, auteur, illustration, businessPhoto ©Generationxx.fr

Génération XX, c’est quoi ?

Generation XX vous propose d’écouter les conversations de Siham Jibril avec des femmes qui entreprennent, à des âges et dans des milieux différents.
Elles ont en commun d’être passionnées, créatives, imparfaites, inspirées et inspirantes.

Chaque épisode vous fera entendre la voix de l’une d’entre elles.

Le but ? Vous faire découvrir des personnalités et des parcours différents. Pas de modèles à suivre ou de recette miracle pour réussir mais de quoi vous inspirer à mener à bien vos propres projets et croire en vos idées.

Et si je vous parle de ce podcast aujourd’hui, c’est que j’ai été particulièrement touchée par l’épisode du 4 avril ou Siham recevait l’illustratrice Mathilde Cabanas.

Mathilde Cabanas, Siham Jibril, Podcast, Generation XX, Femmes, filles, entrepreneur, business, illustration, illustratrice, artiste entrepreneur, Entrevue, interview, parcours, inspiration, vendre son art, Artiste,Photo ©Generationxx.fr

Mathilde Cabanas est une artiste, illustratrice et chef d’entreprise, créatrice de la marque qui porte son nom Mathilde Cabanas.

J’adore écouter le parcours d’autres artistes, c’est vraiment inspirant et il y a toujours quelque chose à apprendre.

Je vous propose d’écouter cet épisode très inspirant ici :

Et voilà ci-dessous quelques morceaux choisis :

J’ai eu mon diplôme (…) et j’ai choisis de me mettre en freelance alors que j’avais zéro clientèle. J’ai pris un petit job à côté qui n’avait rien à voir avec le milieu artistique : J’étais vendeuse dans une boutique avec un univers qui me plaisait énormément et me stimulait. C’est comme ça que j’ai mi le pied dans le milieu de la vente (…). Ça m’a fait découvrir un autre monde.

Mathilde Cabanas, Licorne, Cute, Fête d'anniversairePhoto ©Mathilde Cabanas

Pour vendre ses créations à une boutique il faut multiplier ton prix par deux.
La boutique vendra ensuite le même produit 2,5 fois plus cher à ses clients.
Par exemple, pour une carte de voeux qui a coûté 2 euros à produire, il faut la vendre 4 euros à la boutique qui la vendra 12 euros.

Pour les personnes qui veulent s’associer le mieux est de se faire accompagner par un avocat afin de se protéger. L’association c’est comme un mariage : tu te protège en cas de divorce.
Il faut bien mettre les choses au clair. Que se passe t’il si une des deux personnes s’en va, à quel tarif vendre ses parts, etc…

Photo ©Mathilde Cabanas

Maintenant je ne suis plus juste une illustratrice mais je suis chef d’entreprise : je fais la compta, je fais des business plan, on m’aurait dit ça il y a 10 ans j’aurai dit “berk” !
Mais en vrai c’est génial parce que je découvre des capacités en moi que je n’imaginais pas et ça ne me déplait pas. Je suis assez contente de m’intéresser aux chiffres. C’est essentiel quand tu es chef d’entreprise de connaître tes chiffres mais c’est aussi essentiel d’être bien entouré. Maintenant je n’ai plus du tout une mentalité d’artiste, j’ai une mentalité de chef d’entreprise.

Photo ©Mathilde Cabanas

Toutes les personnes qui ont fait une école de graphisme ne sont pas forcément vouées à monter leur entreprise (…) mais c’est hyper important de préparer les élèves à savoir se débrouiller tout seuls par la suite. (…) Savoir faire une facture, savoir ce qu’est un numéro de TVA ou de SIRET lorsqu’on est auto-entrepreneur ou graphiste c’est essentiel.

Ne pas avoir peur des mots « ambition », « business » et « argent » : Je veux simplement pouvoir vivre de mon entreprise.

Photo ©Mathilde Cabanas

Quand tu montes ton entreprise tu as des sensations fortes, c’est comme une histoire d’amour, tu as des moments ou tu vas être “top of the world”, génial, tout va bien, la vie est belle et y’a des moments : “J’arrête tout, c’est fini j’en peux plus, je suis à bout ».
Il y a des moments très, très haut et des moments très, très bas

Je pense que n’importe qui peut apprendre à dessiner, c’est technique en fait, et moi, je ne sais pas si j’avais du talent à la base, en tout cas j’avais une sensibilité et je l’ai travaillée.

Photo ©Mathilde Cabanas

Quand tu as de la volonté tu peux super bien dessiner, après le talent c’est subjectif, quelqu’un peut trouver que j’ai du talent et quelqu’un peut trouver que c’est nul.

 

Pour aller plus loin dans l’univers de Mathilde Cabanas :
Son site
Son compte Instagram

Le podcast Génération XX, c’est toutes les semaines et il y a quelque chose à apprendre dans chaque épisode ! Si vous vous intéressez à l’entreprenariat au féminin ce podcast est pour vous !


Un petit mot pour moi ? Un commentaire ?
Écris moi directement un message en cliquant ici !


Tu aimes mon univers ?

Reçois du bonheur en BD via La Lettre Dessinée
bi-mensuelle écrite et illustrée avec amour ♡
+d’infos en cliquant ci-dessous :

www.minikim.net/abonne-toi/

La Lettre dessinée, Minikim, info lettre, infolettre, newsletter, journal dessiné, abonnement, bande dessinée, minikim dessine du bonheur, dessine du bonheur, bonheur dessiné, bonheur, bonheur en BD, illustration, dessin, artiste 2D, auteur, illustrateur, Montréal, Québec, BD Québec

Dessiner ! Le podcast

En 2015, j’ai lancé un podcast qui parlait du métier d’artiste avec l’illustratrice Valmo.
Nous avons fait en tout et pour tout 4 épisodes !

Ces podcasts existent toujours et, cette semaine, j’ai reçu le commentaire suivant sur mon YouTube :

Super boulot MiniKim ! Je commence tout juste ma carrière d’illustrateur, j’espère pouvoir éditer autant de bébés que toi un jour.
C’est grâce à « Dessiner ! Le podcast » que je me suis lancé en indépendant 🙂 Je t’envoie une tonne de merci 🙂

Patrick Fontaine (Son site)

Wahou ! Ce commentaire m’a tellement touché que j’ai décidé de partager ici avec vous ces 4 podcasts.

On ne sait jamais, ça peut très bien susciter de nouvelles vocations et les informations sont toujours d’actualité !

L’épisode 1 – Se lancer en freelance

 

L’épisode 2 – Les périodes de creux dans la profession d’artiste

 

L’épisode 3 – Schoolism, la formation des artistes vue par Bobby Chiu

 

L’épisode 4 – Entrevue avec Julien Paré-Sorel

 


N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé en m’écrivant ici !


Couverture, BD, Bande dessinée, 30 ans 2 chats, Editions Bamboo, Minikim, Flora, histoire de chat, Chi, une vie de chat, Garfield, Pusheen, Cat et son chat, Chat kawaii, Chat Cute, Dessin chat, dessiner les chats, illustration, Autrice

Je vous rappelle que la BD « 30 ans, 2 chats » est maintenant disponible !
Vous pouvez vous la procurer chez votre libraire préféré ♥
Si vous n’avez pas accès à une librairie, le livre est aussi dispo sur Internet : http://amzn.to/2GxSJkI


Si tu aimes mon travail et souhaite recevoir plus de contenus, il te suffit de t’abonner en cliquant ici : www.minikim.net/abonne-toi/

C’est gratuit et tu peux te désinscrire quand tu veux.